Humidité ascensionnelle

L'humidité ascensionnelle par capillarité

Remontées d'humidité par capillarité.humidite ascensionnelle

L’humidité ascensionnelle par capillarité (humidité montante en provenance du sol), est sans doute l’une des causes d’humidité rencontrée le plus couramment.

Elle est la résultante directe d'un manque ou d'une défaillance de protections d’étanchéité en pied de mur. 

Les matériaux utilisés en maçonnerie (briques, blocs, pierres ou mortier) comportent tous dans leur masse des petits vides que l’on dénomme «pores». Le volume total de ces pores constitue la porosité totale des matériaux.

Toutes les maçonneries traditionnelles en contact direct avec le sol sont sujettes à ce phénomène, même si elles sont constituées de moellons ou de blocs de matériaux très peu poreux (pierres bleues, porphyre galets siliceux…). Dans ce cas, c’est le mortier de construction qui fait office de milieu de propagation.

Des remontées capillaires peuvent également exister dans des cloisons ou des murs intérieurs reposants sur des chapes, de mortier ou de béton humides.

Ces remontées capillaires omniprésentes sont d’autant plus gênantes qu’elles provoqueront outre les problèmes liés à l’humidité elle-même, certaines dégradations des matériaux de construction et de finitions de par l’éventuelle présence des minéraux solubles présents, en quantité excessive, en sous-sol, et de leur cristallisation.

Lorsqu’un bâtiment est sujet à des remontées capillaires il est absolument impératif d’avoir recours à un traitement approprié de façon à stopper l’humidité montante en provenance du sol.

De plus, il faudra idéalement envisager ce traitement dès le début des travaux de rénovation car le délai d’assèchement des murs traités sera plus ou moins long puisque directement lié à leur épaisseur ainsi qu’aux conditions hygrothermiques ambiantes.

Si le traitement de cette humidité ascensionnelle n’est pas prévu en temps utile, les finitions réalisées sur les murs humides verraient leur          « viabilité » compromise par la migration en surface (liée à l’évaporation) des multiples sels pouvant-être contenus dans les murs.

Le fait que le traitement de l’humidité ascensionnelle par capillarité revêt un caractère urgent et prioritaire ne doit pas faire omettre l’absolue nécessité de faire préalablement réaliser une étude approfondie, fouillée et complète, de façon à identifier les éventuelles différentes sources d’humidification et ainsi pouvoir définir le traitement approprié au souci rencontré sur place analysé dans sa globalité.

D’emblée il faut noter que les sels présents dans les murs représentent une source considérable de dégradations et de désordres tant avant qu’après le traitement contre les remontées capillaires.

Dans les anciennes bâtisses, la teneur souvent très élevée en sels (particulièrement en nitrates) s’avèrera même dans certains cas préjudiciable à l’assèchement des maçonneries traitées.

Cet état de fait ne se limite pas exclusivement aux bâtiments situés en milieu rural et nécessitera obligatoirement un travail complémentaire de décapage des enduits de finition contaminés ainsi que le placement d’une coupure physique sur les murs de façon à pouvoir réaliser de nouvelles finitions qui ne souffriront ainsi plus de la forte hygroscopicité des sels (surtout nitrates) présents définitivement dans les murs.

D’expérience, et à notre connaissance, il n’existe à ce jour aucun produit chimique, minéral ou même époxydique, sûr et économiquement envisageable pour éliminer les sels fortement hygroscopiques (nitrates) contenus dans les maçonneries.

Si vous pensez être confronté à un souci de ce genre dans votre habitation, n'hésitez pas à nous interroger.

Pour de plus amples renseignements contactez-nous